Est-ce le bon moment pour acheter ou vendre un bien immobilier ?

Maison lego

Tous les professionnels de l’immobilier vous le diront : « c’est le bon moment pour acheter !« .

Évidemment, venant d’un négociateur, d’un promoteur ou de tout acteur de l’immobilier, ce genre de déclaration amène immédiatement une suspicion légitime.

Il n’y a qu’à voir le dernier article du site lesclesdumidi.com : d’après Roland Tripard, président de seloger.com « c’est le bon moment d’acheter« .

Face aux biens qui restent longtemps en vente, les vendeurs sont contraints de revoir leurs prétentions à la baisse et de négocier (typique de l’Immobilier PONT-L’ABBE).

Pourtant, dans les zones de grande densité urbaine, la demande est constante et les prix restent stables : -0,6% sur Paris, -0,4% sur Lyon… mais +1,6% sur Bordeaux ces 3 derniers mois.

En valeur absolue, qu’un bien baisse de 0,5% ou augmente d’1%, cela représente peu. Ce n’est sans doute pas ce qui va déterminer votre achat, contrairement aux qualités propres du bien.

Par ailleurs, dans une société où l’inflation et le coût de la construction sont constants, les « chances » de revoir les mêmes prix qu’il y a 10 ou 15 ans sont une belle utopie.

Il me semble au final qu’acheter ou ne pas acheter pour une question de « moment » n’est pas pertinent.

Le bon moment n’est pas économique, il est personnel.

Tout dépend du projet de chacun, de l’orientation qu’il entend donner à sa vie.

Payer « un peu cher » un bien qui est un véritable coup de cœur et dans lequel on pense vivre 10 ou 15 ans me semble rationnel.

Vivre 10 ou 15 ans dans un foyer qui nous plait n’a pas vraiment de prix. Ou plutôt cela peut compenser un prix au m² légèrement supérieur à la moyenne.

Vendre rapidement, un peu en dessous du marché, parce que son conjoint est décédé et qu’on veut se rapprocher de sa famille répond à une logique assez saine aussi : celle de profiter de la vie.

Au contraire, si l’on n’est pas pressé et que l’on souhaite tirer le meilleur profit de la vente, il est logique de considérer soigneusement chaque offre et d’attendre si on les juge insuffisantes.

Attention toutefois à ne pas partir sur un prix trop élevé qui ne génère ni visites ni offres. 3 mois me semble généralement un bon délai pour questionner l’adéquation d’un prix de vente avec le marché.

En tous les cas, si vous avez besoin de lire une interview type « c’est le moment/pas le bon moment » pour vous convaincre, c’est que votre projet/décision n’est pas mûr.

Comment se décider et savoir à coup sûr ce que l’on veut ?

On sort des limites de l’immobilier pour entrer dans le domaine de la psychologie (même si les deux se recoupent beaucoup :)).

Adoptez un système d’échelle de valeur par exemple ; définissez ce qui est important pour vous : amour, argent, travail, famille, sport etc. Classez ces éléments par ordre de priorité.

La décision d’acheter ou de vendre un bien est-elle favorable à la valeur qui compte le plus pour vous ?

Vous noterez qu’au fur et à mesure de son âge, et de ce que la vie nous offre, telle ou telle valeur prendra le pas sur une autre.Par rapport à votre décision finale, notez tout de même qu’en cas d’achat, il faudra bien souvent 10 ou 15 ans pour que les prix du marché compensent les frais de notaire et les petits travaux effectués.

2 commentaires sur “Est-ce le bon moment pour acheter ou vendre un bien immobilier ?”

  1. Je suis tout à fait d’accord avec toi. Le bon moment est sans aucun doute personnel ! Il n’y a pas à sortir de là. Puis, c’est toujours le moment d’acheter ou de vendre avec les professionnels ! Ça laisse à réfléchir.

Laisser un commentaire