Un futur locataire sur BREST ?

Locataire fou

L’un de mes appartements sur BREST est actuellement vacant. J’ai mis une annonce sur LeBonCoin la semaine dernière : les visites viennent de commencer. Avant-hier, je reçois un coup de fil :

– Bonjour, c’est Cédric, est-ce que l’appartement est libre ?

– Bonjour; oui, il est toujours disponible. Qu’est-ce qui vous amène sur BREST ?

– Ben je cherche un appartement.

– D’accord… mais c’est pour étudier, pour le travail ?

– Entre les deux. Je pourrais le voir demain ?

– Quelle heure vous arrangerait ?

– Je pars de LORIENT à 9h44. Je serai à QUIMPER à 10h28 et à BREST vers 11h38. Je prends le bus de la ligne 3 après.

– Vers midi devant l’immeuble alors ?

– D’accord, au revoir.

– Bonne soirée.

Quelques points me semblaient déjà étranges après cette conversation et j’appréhendais un peu ce rendez-vous. Le lendemain, sauvé, il envoie un texto pour annuler : « g pas eu mon argent, peut-être je viens demain ». Les personnes ayant une expérience du guichet en banque auront détecté le « client » sous tutelle/curatelle avec un budget hebdomadaire bloqué.

Samedi midi, alors que rien n’était confirmé, je reçois un nouveau texto : « je suis devant l’immeuble ». Même si j’habite à 1h30 de BREST, comme il vient de LORIENT, je trouve rude de le laisser à la porte. Je le préviens que je ne serai là bas que dans 1h30 et je prends donc la route.

Lorsque j’arrive près de l’immeuble, je vois un type d’1m85 pour 110 kg, qui se tient dans l’encadrement comme s’il défendait l’accès.

– Bonjour, Erwan BARGAIN.

– Bonjour, Cédric.

– C’est au 1er étage, montons.

Je sors mes trousseaux et commence à chercher le bon.

– ça met du temps parce que vous avez beaucoup de clés.

– Euh… oui. Je vous en prie, entrez.

– J’ai l’impression que c’est un T1 bis.

– Oui, c’est ce que j’avais indiqué sur l’annonce.

– Là, c’est la chambre je parie.

– Effectivement.

– Là, on dirait la salle de bains.

– (…).

– Et ça, c’est quoi ?

– C’est un canapé-lit.

– ça c’est une table je parie. Parce que je vois pas ce que c’est à côté.

– C’est une étagère.

– Je vais m’asseoir, je suis fatigué.

Il s’assoit puis s’allonge sur le canapé.

– Je me dis toujours « Cédric, essaye bien avant de choisir ».

/

– Si je mets des meubles, ça veut dire que je le prends ?

– D’abord, il faut verser la caution et un mois de loyer.

– C’est combien ?

– 650€ en tout.

– ça fait combien de temps si j’économise 11€ par semaine ?

– ça fait plus d’un an je pense.

– dans un an, si j’ai l’argent, je peux avoir l’appartement ?

– Oui, mais il risque d’être loué d’ici là.

– Cédric, réfléchis bien.

/

– Cédric, réfléchis bien.

/

– Cédric, réfléchis bien.

Il le répète vraiment 3 fois, toujours plus ou moins allongé sur le canapé.

– Oui, ça vaut le coup que je commence à économiser.

Je vois une lueur dans ses yeux, comme s’il avait enfin un but dans la vie. J’en suis sérieusement presque ému.

– Y’a une machine à laver ?

– Non, mais il y a un branchement.

– ça coûte combien une machine ?

– 200 ou 300€.

– Alors il faut que j’économise encore plus longtemps.

– En effet.

Il se lève.

– Il est quelle heure ?

– 14h02.

-Mon train est à 14h41.

– Il ne faut pas trainer alors.

Il sort une carte de bus de LORIENT.

– ça va marcher vous croyez ?

– Je ne pense pas.

– Sinon, c’est 1,35€, c’est cher. Peut-être que vous pouvez me déposer en voiture ?

– Je ne passe pas du tout par là, dommage !

Laisser un commentaire